120 capsules- 40 à 120 jours

Oméga-Source®

  • Facile à avaler & SANS ODEUR

  • 34 % d’EPA & 24 % de DHA

  • indice Totox inférieur à 10

26,90

Huile de poisson ultra pure concentrée en acides gras essentiels oméga 3 (90% de triglycérides). 800 mg d’EPA et 600 mg de DHA par dose.

local_shipping
Livraison offerte dès 55€ d'achats
credit_card
Paiement sécurisé
- 20% sur ce produit avec votre Carte privilège Natésis

Quelles sont ses propriétés ?

Oméga-SOURCE® est un complément alimentaire riche en oméga-3 de type EPA et DHA.

Les oméga-3 aident au fonctionnement normal du cœur, du cerveau et de la vision :

    • Cœur : Les recherches scientifiques ont mis en évidence qu’un apport quotidien de 250 mg d’EPA + DHA contribue à une fonction cardiaque normale.
    • Vision : Le DHA est un constituant des cellules de la rétine. Un apport quotidien de 250 mg de DHA contribue au maintien d’une vision normale.
    • Cerveau : Le DHA est un constituant majeur du cerveau et du système nerveux central. Un apport quotidien de 250 mg de DHA contribue au fonctionnement normal du cerveau.

Un complément alimentaire de qualité

Les oméga-3 d’Oméga-SOURCE® sont issus de petits poissons sauvages (sardines, anchois…).

Les huiles EPAX® sélectionnées par Natésis® sont certifiées Friend of the Sea® (organisation de protection de l’environnement et de la biodiversité des océans) et IFFO-RS (approvisionnement et production responsables). Ces dernières :

    • sont soumises à un contrôle qualité très strict,
    • sont sélectionnées pour leur bonne résistance et leur stabilité,
    • répondent aux normes de Qualité en matière de polluants environnementaux.

Les processus de fabrication sont respectueux de l’environnement :

    • certification ISO 14001
    • technologie EHS
    • réutilisation et recyclage des déchets solides
    • zéro déchet (matière brute utilisée à 100 %)
  • Huile de Qualité EPAX®
  • Huile certifiée Friend of the Sea®
  • Huile certifiée IFFO-RS
  • Capsules sans OGM
Composition

1 à 3


Capsules par jour

Ingrédients
Huile de petits poissons sauvages (anchois, sardines) : titrée à 65 % d’oméga-3 sous forme TG (dont 34 % d’EPA et 24 % de DHA)
Gélatine de poisson (capsule) :
Humectant : glycérol végétal (capsule) :
Antioxydants : extrait de romarin** et mélange naturel de tocophérols (vitamine E) :
**extrait de romarin bio :
Principes actifs
Pour 1 capsule :
Lipide : 500 mg
dont : Oméga-3 : 305 mg
dont : EPA : 150 mg
DHA : 110 mg
Pour 3 capsules :
Lipide : 1500 mg
dont : Oméga-3 : 915 mg
dont : EPA : 450 mg
DHA : 330 mg

Bon à savoir

Conseils d’utilisation

1 à 3 capsules par jour, à prendre avec un peu d’eau. Ne pas croquer. Programme renouvelable.

Précautions d’emploi

    • Ne pas dépasser la dose conseillée.
    • Tenir hors de la portée des jeunes enfants.
    • Conserver à une température ambiante (15-25°C) dans un endroit sec.
    • Ne peut se substituer à une alimentation variée et équilibrée, et à un mode de vie sain.
    • Ce produit contient du poisson.

Informations produits

Format : 120 capsules

Poids net : 81,6 g

Packaging : Blisters

  • Quels sont les bienfaits des oméga-3 ?

    Les oméga-3 sont des acides gras dits « essentiels ». Cela signifie qu’ils sont indispensables au bon fonctionnement du corps humain, mais que celui-ci est incapable de les produire. Leur rôle numéro un est de préserver le système cardiovasculaire, notamment en régulant la tension artérielle et la quantité de triglycérides dans le sang. 

    Les oméga-3 participent également au développement et au fonctionnement de la rétine, du cerveau et du système nerveux. Selon un rapport de l’ANSES1, 90% de la population serait carencée en oméga 3 (EPA + DHA).

    De récentes études ont également montré les bienfaits des oméga-3 sur la santé mentale et la prévention de la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA). 

     

    1 – Rapport de l’ANSES, Apports en acides gras de la population vivant en France et comparaison aux apports nutritionnels conseillés définis en 2010, Septembre 2015.

  • Quels sont les risques d’une carence en oméga-3 ?

    De nombreuses personnes souffrent de carence en oméga-3 sans le savoir. Les symptômes d’un manque en oméga-3 sont des problèmes de peau, des troubles du sommeil, un manque de concentration ou encore des problèmes digestifs, des maux que l’on peut associer à bien d’autres causes.

  • ALA, EPA, DHA, qu’est-ce que c’est ?

    La famille des oméga-3 regroupe trois principaux acides gras. L’acide alpha-linolénique (ALA) est l’acide « indispensable », c’est-à-dire celui qui doit être apporté à l’organisme par l’alimentation, puisque notre corps n’est pas capable de le produire seul. Et à partir de cet ALA, l’organisme produit l’acide eicosapentaénoïque (EPA) et l’acide docosahexaénoïque (DHA). Cependant, cette transformation est difficile à opérer, et il est recommandé de consommer directement des aliments riches en EPA et en DHA, en particulier des poissons gras. Chacun de ces trois acides gras a un rôle bien particulier dans l’organisme.

  • Quels sont les aliments riches en oméga 3 ?

    On retrouve une bonne teneur en oméga 3 dans de nombreux poissons gras, comme le saumon, le maquereau, la sardine ou encore l’huile de foie de morue… Les oléagineux comme les noix, les noix du Brésil ou les noisettes sont également riches en oméga 3, tout comme les graines de chia et de lin. Il est aussi recommandé de consommer chaque jour des huiles végétales riches en omégas 3 comme l’huile de lin, de périlla, de colza ou de cameline.

    Pour apporter suffisamment d’oméga-3 à l’organisme, il faut varier les apports avec : 

    • L’acide alpha-linolénique (ALA), que l’on trouve notamment dans les huiles de lin, les noix, l’agneau, le soja ou encore les graines de chia ou de lin. L’apport conseillé est de 1 % de l’apport énergétique, soit 2 g pour les femmes, et 2,5 g pour les hommes. 
    • L’acide eicosapentaénoïque (EPA) dont les poissons gras (sardine, hareng, maquereau, saumon) sont de bonnes sources. L’apport conseillé pour un adulte est de 250 mg.
    • L’acide docosahexaénoïque (DHA), qui peut également être apporté à l’organisme par le biais de poissons gras et notamment d’huile de foie de morue. L’apport conseillé pour un adulte est de 250 mg. Il est recommandé aux femmes enceintes d’en consommer 100 à 200 mg de DHA supplémentaire par jour. 

    Il est possible d’apporter à l’organisme suffisamment d’oméga-3 grâce à l’alimentation. Pour cela, il est recommandé de manger une cuillère à soupe d’huile de colza ou de lin par jour, ainsi que quelques noix, des épinards ou des avocats, qui en sont riches. Privilégiez également les oeufs de poules ayant une alimentation enrichie. Par ailleurs, il faudrait consommer deux poissons par semaine, dont un « gras ». L’idéal est également de varier les oméga-3 d’origine animale et végétale. 

  • L’alimentation peut-elle suffire à apporter la dose quotidienne recommandée d’oméga-3 ?

    Pour apporter suffisamment d’oméga-3 à l’organisme, il faut varier les apports avec :

    • L’acide alpha-linolénique (ALA), que l’on trouve notamment dans les huiles de lin, les noix, l’agneau, le soja ou encore les graines de chia. L’apport conseillé est de 1 % de l’apport énergétique, soit 2 g pour les femmes, et 2,5 g pour les hommes. 
    • L’acide eicosapentaénoïque (EPA) dont les poissons gras (sardine, hareng, maquereau, saumon) sont de bonnes sources. L’apport conseillé pour un adulte est de 250 mg.
    • L’acide docosahexaénoïque (DHA), qui peut également être apporté à l’organisme par le biais de poissons gras et notamment d’huile de foie de morue. L’apport conseillé pour un adulte est de 250 mg. Il est recommandé aux femmes enceintes d’en consommer 100 à 200 mg de DHA supplémentaire par jour. 

    Il est possible d’apporter à l’organisme suffisamment d’oméga-3 grâce à l’alimentation. Pour cela, il est recommandé de manger une cuillère à soupe d’huile de colza ou de lin par jour, ainsi que quelques noix, des épinards ou des avocats, qui en sont riches. Privilégiez également de la margarine enrichie en oméga-3 ou encore de manger des oeufs de poules ayant une alimentation enrichie. Par ailleurs, il faudrait consommer deux poissons par semaine, dont un « gras ». L’idéal est également de varier les oméga-3 d’origine animale et végétale. 

  • Quelle différence entre oméga-3, oméga-6 et oméga-9 ?

    Les oméga-3, 6 et 9, pour acides alpha-linoléique, linoléique et oléique, sont tous des acides gras essentiels au bon fonctionnement de l’organisme. 

    Les oméga-9 sont des acides gras mono-insaturés. Ce sont ceux que l’on consomme le plus. Ils sont présents notamment dans l’huile d’olive et de tournesol, les noix, noisettes et amandes, les avocats ou encore le porc. Ils sont particulièrement intéressants pour leur action sur le « mauvais cholestérol » (LDL) et ainsi pour la préservation des artères. 

    Les oméga-3 et 6 sont, eux, des acides gras poly-insaturés qui fonctionnent en équilibre. Il est conseillé de ne pas consommer d’oméga-6 en excès, même s’ils sont très présents dans l’alimentation (huile de tournesol, céréales, légumes secs, oléagineux, graines, produits laitiers, viande, œufs, produits industriels…).

  • Quel est le bon ratio entre oméga-3 et oméga-6 ?

    Les oméga-3 et 6 sont des acides gras poly-insaturés qui fonctionnent en synergie. Ils doivent donc trouver un équilibre. Celui-ci se situe idéalement dans un apport 5 fois plus important d’oméga 6 que d’oméga 3. Malheureusement, nous consommons en moyenne 15 fois plus d’oméga 6 que nécessaire. Il est également recommandé d’éviter de consommer en même temps oméga-6 et oméga-3 et car les oméga-6 peuvent perturber l’assimilation des oméga-3.

  • Les omégas 3 peuvent-ils avoir un rôle dans la perte de poids ?

    Les omégas 3 sont des acides-gras essentiels : l’organisme n’est pas capable de les fabriquer, ils doivent être apportés par l’alimentation ou une supplémentation. Comme les autres lipides, ils fournissent un quantité importante d’énergie (environ 9 kcal/ gramme), mais ce sont des graisses insaturées, indispensables à une bonne santé car ils jouent un rôle dans la composition cellulaire et préviennent les maladies cardio-vasculaires. 

    Des études ont montré qu’un bon ratio oméga 3/ oméga 6 empêche la prolifération des cellules graisseuses, les omégas 3 facilitent la combustion des graisses et notamment la graisse viscérale. Des études ont également montré qu’un apport suffisant en oméga 3 durant l’enfance pourrait permettre de lutter contre l’obésité à l’âge adulte.

    La consommation d’oméga 3 (huiles végétales – comme celle de lin ou de colza -, huile de poisson, poissons gras – comme le saumon ou le maquereau -,  compléments alimentaires)  peut donc accompagner une perte de poids, à condition que des mesures d’hygiène de vie et un régime alimentaire soient mis en place simultanément (limiter les aliments gras, salés, sucrés, l’alcool et avoir une activité physique régulière).

    Sources : 

    • Munro I A, Garg M L, Prior supplementation with long chain omega-3 polyunsaturated fatty acids promotes weight loss in obese adults: a double-blinded randomised controlled trial. Food Funct. 2013 Apr 25;4(4):650-8.
    • Mori T, Kondo H, Hase T, Tokimitsu I , Murase T, Dietary fish oil upregulates intestinal lipid metabolism and reduces body weight gain in C57BL/6J mice. J Nutr. 2007 Dec;137(12):2629-34.

    Ailhaud G, Massiera F, Weill P, Legrand P, Alessandri J M, Guesnet P, Temporal changes in dietary fats: role of n-6 polyunsaturated fatty acids in excessive adipose tissue development and relationship to obesity. Prog Lipid Res. 2006 May;45(3):203-36.

  • Les femmes enceintes peuvent/ doivent-elles se supplémenter en oméga-3 ?

    Les oméga-3 étant indispensables au développement du bébé, la femme enceinte doit veiller à avoir une alimentation suffisamment riche en acides alpha-linoléique (et équilibrée par rapport aux apports en oméga-6). Si l’alimentation suffit généralement, il est tout à fait possible de se supplémenter, notamment si la future maman ne consomme pas de poisson, d’autant qu’il est recommandé d’augmenter ses apports en DHA pendant la grossesse. Demandez conseil à votre médecin.

  • Comment choisir ses compléments alimentaires oméga-3 ?

    Pour bien choisir ses compléments alimentaires oméga-3, il faut en premier lieu veiller à ce qu’ils offrent une haute concentration en EPA et DHA et qu’ils soient enrichis en vitamine E afin d’éviter l’oxydation. Il est également conseillé de choisir des produits qui indiquent la provenance des poissons utilisés ainsi que le mode de pêche. Par ailleurs, certains labels ou marques comme EPAX, sont gages de qualité

    Le complément Oméga source de Natésis – labellisés EPAX et Friends of the Sea – est titré à 65% d’oméga-3 dont 34% d’EPA et 24% de DHA. Une capsule de 500 mg contient 150 mg d’EPA et 110 mg de DHA. Ils est enrichi en tocophérols naturels (vitamine E) et en extrait de romarin pour éviter l’oxydation.

  • Qu’est-ce qu’une huile EPAX ?

    La marque EPAX garantit que le complément alimentaire que l’on achète a été réalisé à partir de “ poissons sauvages, pêchés en mer selon les exigences de la pêche éco-responsable et certifiés par l’organisme Friend of the Sea » et qu’un procédé a été utilisé “ pour éliminer les polluants nocifs et les métaux lourds ”.  C’est donc un gage de qualité pour la santé humaine et celle de l’environnement.

  • Qu’est-ce que le label « Friend of the Sea » ?

    Si notre alimentation n’est pas suffisamment riche en oméga-3 ou si l’on souffre de carence, il est possible de s’en supplémenter. Certains complémentaires portent le label « Friend of the Sea ». Celui-ci garantit que les poissons (ou fruits de mer) sont « issus d’une pêche respectueuse des stocks marins ou d’élevages satisfaisant à certains critères environnementaux ».

  • Quels sont les symptômes et risques d’une carence en oméga-3 ?

    De nombreuses personnes souffrent de carence en oméga-3 (ALA, EPA, DHA) sans le savoir. Les symptômes d’un manque en oméga-3 sont des problèmes de peau, des troubles du sommeil, un manque de concentration ou encore des problèmes digestifs, des maux que l’on peut associer à bien d’autres causes. Une carence peut toutefois entraîner des maladies auto-immunes et être associée à des maladies chroniques ou cardiaques, un cancer ou du diabète. 

    En cas de carence, il est conseillé de privilégier les aliments riches en oméga-3 (huiles végétales, poissons gras…) ou de prendre des compléments alimentaires.

  • Supplémentation en oméga-3 : y’a-t-il un risque de surdosage ?

    Les oméga-3 participent à la fluidité du sang. Une consommation excessive peut donc entraîner des problèmes de coagulation ou augmenter les risques d’hémorragie s’ils sont consommés en très grande quantité. 

    On peut consommer jusqu’à 5 gr d’oméga-3 sans risque majeur.

  • Existe-t-il des compléments alimentaires oméga-3 labellisés bio ?

    Les compléments alimentaires oméga-3 labellisés bio sont encore rares et coûteux. Des labels comme « EPAX » et « Friend of the sea » permettent toutefois d’en garantir la qualité.

  • Quand faut-il prendre les compléments alimentaires à base d’oméga-3 ?

    Pour une assimilation optimale de ses compléments alimentaires à base d’oméga-3, le meilleur moment semble être la fin de l’après-midi. En cas de reflux, il est préférable de les prendre le matin,  à jeun.

  • Combien de temps doit durer une cure d’oméga-3 ?

    Il est conseillé de faire un programme d’au moins 1 mois, mais la durée sera variable en fonction de l’effet souhaité. Demandez conseil à votre médecin, thérapeute ou demandez conseil auprès des experts Natésis.

  • Quelles sont les contre-indications et effets secondaires des oméga 3 ?

    Les principaux effets secondaires associés à la prise d’oméga-3 (EPA, ALA sont d’ordre digestif (rots, mauvaise haleine, nausées, brûlements d’estomac). Pour les éviter, il est conseillé de prendre ses compléments alimentaires en dehors des repas, de préférence le matin à jeun.

    En cas d’allergie aux poissons, il faudra être très vigilant sur les compléments alimentaires choisis. En effet, nombre d’entre eux sont fabriqués à partir d’huiles de poissons. 

    Par ailleurs, les oméga-3 participent à la fluidité du sang. Une consommation excessive peut donc entraîner des problèmes de coagulation ou augmenter les risques d’hémorragie s’ils sont consommés en très grande quantité. Il existe également des risques de baisse de la glycémie, d’augmentation du taux de cholestérol LDL et de diminution des réponses immunitaires et inflammatoires. En cas de doute, demander conseil à un professionnel de santé.

  • En cas d’allergie aux poissons, puis-je prendre des compléments alimentaires oméga-3 ?

    En cas d’allergie aux poissons, il faudra être très vigilant sur les compléments alimentaires choisis. En effet, nombre d’entre eux sont fabriqués à partir de poisson. Il existe cependant de nombreux produits avec des oméga-3 d’origine végétale, comme le DHA Veg de Natésis.

Commentaires client

logo Ekomi
  • 5

    J'ai l'habitude depuis des années de prendre des gélules d'OMEGA 3 d'origine animale .

  • 5

    RAS

  • 4

    Au cours des repas, de bonne qualité en recommandation de mon médecin traitant

  • 5

    regulièrement au long cours pour mon glaucome

  • 5

    Je l'utilise quotidiennement pendant ma grossesse, la qualité du produit m'a de suite plu.

Actualité Natésis

31/05/2022

Des recettes saines pour un été sans...

Recettes Healthy

03/01/2022

Jour 3 du programme détox 2022

Recettes Healthy

03/01/2022

Jour 2 du programme détox 2022

Recettes Healthy

03/01/2022

Jour 1 du programme détox 2022

Recettes Healthy

21/12/2021

Un repas de fête végétarien

Recettes Healthy

10/12/2021

Lasagnes aux légumes, recette vegan et...

Recettes Healthy

02/12/2021

Velouté de carottes, curcuma & gingembre

Recettes Healthy

15/09/2021

Recettes express & équilibrées

Recettes Healthy

25/05/2021

Recettes pour combiner plaisir et équilibre

Un petit creux ? Découvrez : Nos recettes Healthy

> Voir toutes les recettes