Recevez notre Newsletter
Newsletter
Inscrivez vous à notre newsletter.
Je m'abonne
Je me désabonne
Espace Professionnels de Santé
Vous êtes un professionnel de santé
(médecin généraliste, homéopathe, pharmacien, kinésithérapeute, praticien,...)

Cliquez-ici pour accéder au formulaire

Spiruline et Minceur



La spiruline est une micro-algue spiralée qui renferme l'une des plus fortes concentrations en nutriments (vitamines, minéraux, acides aminés, anti-oxydants, acides gras essentiels...). Elle est très utile pour palier les carences et lutter contre la fatigue physique et intellectuelle.

Les avantages de la spiruline sont aussi très convaincants dans le cadre d’un régime minceur.

Pour vous aider à contrôler votre régime : prendre 3 à 4 comprimés environ 20 minutes avant le repas principal avec un verre d'eau.


Spiruline et lipides

Les bénéfices de la spiruline dans la réduction des lipides ont été confirmés par de nombreux travaux [1]. La consommation de spiruline contribue à diminuer le cholestérol sérique, le mauvais cholestérol (LDL) ainsi que les triglycérides. Cette baisse pourrait également être associée à une perte de poids. En effet, une équipe germanique a observé une faible perte de poids à l’issue de la prise de quelques gammes de spiruline pendant 4 semaines.

Par ailleurs, on sait qu’un régime riche en graisses provoque une augmentation des lipides. Une étude a démontré chez des animaux qu’un régime hypercholestérolémiant accompagné de spiruline, induisait au niveau hépatique, une réduction de 40% des lipides totaux, de 50% des triglycérides et une hausse de 45% du bon cholestérol (HDL) versus ceux n’ayant pas reçu de spiruline [2]. Chez l’Homme, des chercheurs ont démontré que la spiruline aidait à réduire le taux de lipides des patients atteints d’hyperlipidémie néphrotique [3].

Les vertus hypocholestérolémiantes de la spiruline pourraient être dues à une protéine, la C-phycocyanine présente dans la micro-algue [4]. En effet, des chercheurs ont observé qu’un concentré de spiruline augmentait l'élimination par voie fécale du cholestérol et empêchait son absorption intestinale, ainsi que sa réabsorption biliaire. Selon une récente étude japonaise (jan 2006), la spiruline empêcherait également l’absorption intestinale des triglycérides, notamment grâce à un glycolipide (le glycolipide H-b2) présent dans la micro-algue, qui agirait en inhibant l’activité de la lipase pancréatique [5].


Spiruline et sucres

La spiruline serait bénéfique dans la réduction du glucose sérique. Chez les diabétiques de type II, Parihk et son équipe ont remarqué au niveau sanguin, une baisse appréciable des taux de sucres rapides et du glucose postprandial (après-repas) suite à une consommation de 2g/j. de spiruline pendant 2 mois. Ces observations étaient accompagnées d'une amélioration de la régulation de la glycémie au long terme, ainsi que d’un meilleur profil lipidique [6].

D’autre part, on sait qu’une alimentation riche en sucre augmente les triglycérides hépatiques. Des travaux ont démontré que la spiruline pouvait prévenir cette hausse et par la même, réduire le taux de cholestérol plasmatique [7 et 8].


Rôle essentiel des acides gras de la spiruline

L’acide gamma-linolénique (AGL) est un acide gras essentiel oméga 6 précurseur des prostaglandines, hormones qui contrôlent de nombreuses fonctions du corps. La consommation de graisses saturées et d’alcool peuvent conduire à un déficit en AGL [9]. Or nous savons que l’AGL peut prévenir l’accumulation du cholestérol et diminuer les triglycérides sanguins en activant la peroxydation des acides gras [3 et 10]. Par sa richesse en AGL (~ 1g/100g) [11 et 12], la spiruline peut aider à baisser le taux de triglycérides et augmenter celui du bon cholestérol (HDL).


Rôle des protéines de spiruline

La forte teneur en protéines et en acides aminés essentiels de la spiruline (plus de 50 % de son poids) permet de maintenir la masse musculaire qui risque d'être diminuée par le régime.


Rôle des vitamines et des minéraux de la spiruline

Le suivi d’un régime minceur conduit bien souvent à des états de fatigue (baisse de l’apport énergétique) et peut provoquer des carences en vitamines et minéraux (exclusion de certains aliments). La prise de spiruline, pauvre en sodium (30mg pour 3g soit 6 comprimés) et en calories (11Kcal pour 3g) mais riche en nutriments permet de lutter efficacement contre les coups de fatigue (ou "coups de pompe") et d’éviter les états de carences.

# Le chrome : C’est un oligo-élément essentiel qui intervient dans le métabolisme des lipides et des sucres. En augmentant la sensibilité des tissus à l’insuline, il contribue à normaliser et à stabiliser les taux de sucre sanguin. Par ailleurs, selon certains chercheurs, le chrome pourrait diminuer les triglycérides et le cholestérol sanguins. Toutefois, contrairement aux idées reçues, le chrome ne serait pas réellement efficace dans la perte de poids.

N.B. : 3g de spiruline apporte environ 7,5µg de chrome soit plus de 10% des ANC (apports nutritionnels conseillés). Les ANC en chrome sont de 65µg chez l’homme adulte et de 55µg chez la femme adulte.


Rôle des anti-oxydants de la spiruline

Le régime a pour objectif de brûler les graisses, ce qui engendre une accélération de leur catabolisme (destruction) par l’organisme. Or, la destruction des lipides provoque la formation de substances toxiques comme des cétones et des peroxydes qui sont des radicaux libres. Il est donc nécessaire de compléter l’alimentation par un apport d’anti-oxydants. La spiruline est naturellement riche en anti-oxydants et en substances essentielles à la production par notre corps de ses propres anti-oxydants.


Spiruline et effet "coupe-faim"

Chez certaines personnes, on constate que la spiruline prise environ 20 mm avant le repas provoque un léger effet "coupe faim". Bien qu’aucune recherche ne confirme cette donnée, on peut penser que deux éléments de la spiruline pourraient être à l’origine de cette propriété : les carbohydrates et la phénylalanine. La spiruline est naturellement riche en polysaccharides et en sucres (carbohydrates). Des travaux ont démontré que les hydrates de carbones apportaient rapidement un sentiment de satiété et permettaient ainsi de diminuer l’apport calorique. D’autre part, la spiruline est une source de phénylalanine, un acide aminé précurseur de la cholécystokinine (CCK). La CCK est une hormone produite par le cerveau pour signaler la satiété. La prise de phénylalanine augmente les concentrations en CCK provoquant un effet coupe-faim, réduisant ainsi l’apport de calories [13]. Par ailleurs, la phénylalanine agirait favorablement sur l’humeur. En effet, c’est un précurseur de la synthèse de la noradrénaline et de la dopamine, deux neurotransmetteurs ayant des effets anti-dépressifs [14].




> Voir la gamme Spiruline de Californie

> Voir la gamme Spiruline du Tamil Nadu

> Voir les autres applications de la spiruline




Dossier réalisé par Sylvia Rivas, chargée Développement Produits Natésis (mai 06)

Sources :
- Earth Food Spirulina : Robert Henrikson. Ronore enterprises, Inc., Kenwood, California January 1997.
- Spiruline : Passeport Santé, révisé le 3 mars 2003 – www.passeportsante.net [consulté le 12/04/06].
- Spirulina : Drug Digest, révisé le 19 octobre 2004 www.drugdigest.org [consulté le 12/04/06].
- Spirulina : Faulkner Hospital, www.faulknerhospital.org [consulté le 12/04/06].
- Spirulina : Natural Standard and the Harvard Medicol School, révisé le 25 juin 2005 www.intelhealth.com [consulté le 12/04/06].
- Le chrome : Françoise Ruby, avec la collaboration de Jean-Yves Dionne, pharmacien. Passeport Santé, révisé le 13 avril 2006 – www.passeportsante.net [consulté le 24/04/06].
- Les hydrates de carbones : caducée www.caducee.net [consulté le 24/04/06].
- Les hydrates de carbones : Food today n°11 1999 Conseil européen de l’information sur l’alimentation www.eufic.org [consulté le 9/05/06].
- Phenylalanine : PDRHealth www.pdrhealth.com [consulté le 17/05/06].

Références :
[1] Chamorro G. & al. : [Update on the pharmacology of Spirulina (Arthospira), an unconventional food. Arch. Latinoam Nutr. 2002 Sep;52(3):232-40.
[2] Ble-Castillo JL & al. : Arthrospira maxima prevents the acute fatty liver induced by the administration of simvastatin, ethanol and a hypercholesterolemic diet to mice. Life Sci. 2002 Apr 19;70(22):2665-73.
[3] Samuels R. & al.: Hypocholesterolemic effect of spirulina in patients with hyperlipidemic nephrotic syndrome. J Med Food. 2002 Summer;5(2):91-6.
[4] Nagaoka S. & al.: A novel protein C-phycocyanin plays a crucial role in the hypocholesterolemic action of Spirulina platensis concentrate in rats.J Nutr. 2005 Oct;135(10):2425-30.
[5] Han LK. & al.: [Isolation of pancreatic lipase activity-inhibitory component of spirulina platensis and it reduce postprandial triacylglycerolemia] Yakugaku Zasshi. 2006 Jan;126(1):43-9.
[6] Parikh P. & al.: Role of Spirulina in the Control of Glycemia and Lipidemia in Type 2 Diabetes Mellitus. J Med Food. 2001 Winter;4(4):193-199.

[7] Gonzalez de Rivera C. & al.: Preventive effect of Spirulina maxima on the fatty liver induced by a fructose-rich diet in the rat, a preliminary report. Life Sci. 1993;53(1):57-61.
[8] Iwata K. & al.: Effects of Spirulina platensis on plasma lipoprotein lipase activity in fructose-induced hyperlipidemic rats. J Nutr Sci Vitaminol (Tokyo). 1990 Apr;36(2):165-71.
[9] Iusupova IU. & al.: [Fatty acid and lipid levels in the blood platelets of patients with alcoholism] Gematol Transfuziol. 1989 Jun;34(6):31-7.
[10] Rodriguez-Cruz M. & all.: [Molecular mechanisms of action and health benefits of polyunsaturated fatty acids] Rev Invest Clin. 2005 May-Jun;57(3):457-72.
[11] Otles S, Pire R.: Fatty acid composition of Chlorella and Spirulina microalgae species. J AOAC Int. 2001 Nov-Dec;84(6):1708-14.
[12] Clement G.[Production and characteristic constituents of the algae Spirulina platensis and maxima] Ann Nutr Aliment. 1975;29(6):477-88.
[13] Ballinger AB, Clark ML.: L-phenylalanine releases cholecystokinin (CCK) and is associated with reduced food intake in humans: evidence for a physiological role of CCK in control of eating. Metabolism. 1994 Jun;43(6):735-8.
[14] Birkmayer W. & al. : L-deprenyl plus L-phenylalanine in the treatment of depression. J Neural Transm. 1984;59(1):81-7.



Newsletter
Inscrivez vous à notre newsletter.
Je m'abonne
Je me désabonne
Tous droits réservés © NATESIS 2016