Amélioration cardio vasculaire

Quel complément alimentaire bio pour lutter contre la maladie cardiovasculaire ? 

Les maladies cardiovasculaires sont la première cause de mortalité chez la femme et la deuxième cause de mortalité chez l’homme en France. Par ailleurs, la Fédération Française de Cardiologie estime que 80% des maladies cardiaques pourraient être évitées grâce à des campagnes de prévention. Ces troubles affectent aussi bien le cœur que les vaisseaux sanguins.

Il n’existe pas qu’une seule maladie cardio-vasculaire. Plusieurs types sont recensés dont les principaux sont l’infarctus, l’AVC, et souffle au cœur. De nombreux facteurs sont à l’origine de ces troubles mais dans certains cas, il faut évaluer son potentiel de risque notamment lors d’antécédents familiaux.

Découvrez dès à présent les compléments alimentaires santé proposés sur la boutique en ligne de Natésis. Nos produits sont bio, naturels et végans.

Le saviez-vous ?
80% des maladies cardiaques pourraient être évitées grâce à la prévention.

Les troubles cardiaques résultent de la formation de dépôt de graisses sur les artères. Les dépôts de graisses forment quant à eux des plaques d’athérome.

Ces plaques finissent sur la durée par gêner la circulation du sang destinée à alimenter les organes dont les organes vitaux comme le cerveau ou le cœur.

D’où le fait de faire un examen sans tarder afin d’évaluer les dangers cardiovasculaires. Toutefois, pour parvenir à réduire les risques, identifier les facteurs est primordial.

Quelles sont les causes d’une maladie cardiovasculaire ?

Chaque individu peut avoir un ou plusieurs facteurs de risque. Lorsqu’une personne présente plusieurs facteurs, ces derniers ne s’additionnent pas. Ils se potentialisent dans le sens où ils s’aggravent l’un et l’autre. Même si le facteur de risque peut sembler minime, il ne faut pas le sous-estimer. Bien qu’il soit impossible d’agir sur certains facteurs comme l’âge, d’autres peuvent être réduits voire même supprimés.

Parler à son médecin traitant devrait être un réflexe car cela permet de trouver des mesures pour agir sur les facteurs qui peuvent être réduits. D’ailleurs, votre médecin peut vous indiquer des actions précises à émettre pour retarder le développement d’une éventuelle pathologie cardiovasculaire.

Les facteurs non maîtrisables

La probabilité d’avoir un accident cardiovasculaire est plus importante après 60 ans pour la femme et après 50 ans pour l’homme. Face à ces troubles, les femmes sont moins exposées et donc plus protégées que les hommes jusqu’à la ménopause. Cependant, après 60 ans, ces dernières ont la même probabilité que les hommes de développer ces maladies.

De même, le risque cardio-vasculaire est plus élevé si un proche a développé une maladie à un âge précoce. Par exemple, un proche qui a contracté un AVC (Accident Vasculaire Cérébral) avant 45 ans. Les antécédents familiaux ne doivent donc pas être négligés. Il est nécessaire de les prendre en compte pour déterminer par la suite une hygiène de vie adéquate.

En sommes, les facteurs de risque sur lesquels, il est impossible d’agir sont l’âge, le sexe et les antécédents familiaux. Mais le développement de la pathologie peut être ralenti grâce à des mesures à suivre continuellement.

Les facteurs maîtrisables

Les facteurs sur lesquels il est possible d’agir constituent la deuxième typologie de facteurs de risque. Certaines habitudes adoptées peuvent conduire à la contraction d’une maladie cardiovasculaire.

Le tabac

Le tabagisme est réputé pour être à l’origine de troubles respiratoires ou de cancers. Toutefois, pratiquement aucune sensibilisation n’est faite quant au fait qu’il favorise les maladies cardiaques.

Le tabac provoque à court terme le rétrécissement des artères, l’émergence de troubles de rythme cardiaque et la formation de caillots.

Et le tabac détériore progressivement les artères sur le long terme. L’ensemble de ces mécanismes qui se produisent dans l’organisme explique la violence des accidents cardiovasculaires chez les personnes sujettes.

Le diabète, l’hypertension artérielle et le cholestérol

De même, des pathologies comme le diabète, l’hyper tension artérielle ou encore le cholestérol peuvent augmenter les risques. Lorsque le diabète est mal contrôlé, un excès de glucose dans le sang se forme ; causant par extension un dommage au niveau de la paroi des artères. D’où le fait qu’un individu doit contrôler son état de santé, s’il est sujet à l’une de ces pathologies.

L’obésité, le surpoids et le stress

D’autres facteurs comme l’obésité, le surpoids, la sédentarité ou encore le stress sont à prendre en compte. 

En cas de surpoids ou d’obésité, si l’excédent de graisses s’est logé au niveau de la taille et du ventre, les chances de problème cardio vasculaire seront plus élevées.

À noter qu’il est question d’obésité abdominale chez l’homme, lorsque le tour de taille dépasse 102 cm et 88 cm chez la femme.

La sédentarité conduit inexorablement au stockage de graisses et par extension au surpoids puis à l’obésité. D’où le fait qu’il faille pratiquer au moins 30 minutes de sport par jour.

Enfin, le stress lorsqu’il devient chronique agit sur le plan physique et aussi sur le plan mental et émotionnel. Et lorsque le stress s’installe sur la durée, il favorise l’augmentation de la tension artérielle et également de la glycémie.

Des habitudes saines pour un coeur sain.

Comment réduire les risques cardiovasculaires ?

Dans un premier temps, pour diminuer les risques cardiovasculaires, il faut s’informer sur les différents facteurs, sur les symptômes des maladies, etc. Pour se prémunir contre une maladie cardiovasculaire, cela suppose de la connaître, de comprendre comment elle se contracte et comment elle peut évoluer.

Dans un second temps, diminuer les risques, c’est se renseigner auprès de son médecin traitant afin d’évaluer son potentiel de risque. Connaître les antécédents familiaux permet de mieux déterminer la direction à suivre.

Et enfin, pour réduire les risques cardiaques, l’ultime démarche à effectuer est d’améliorer son hygiène de vie. L’idéal serait d’abandonner les choses qui augmentent les risques, comme le tabac, une alimentation trop riche en mauvaises graisses, l’abus d’alcool. Par ailleurs, pour réduire les risques cardiovasculaires, il faut éviter l’excédent de poids qui contraint le cœur à travailler davantage. Les mauvaises habitudes qui obligent le cœur à travailler plus qu’il ne le faut sont à éviter, afin de diminuer les risques.

Comment améliorer son système cardiovasculaire ?

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, il n’est pas nécessaire de suivre un régime alimentaire strict pour améliorer son système cardiovasculaire. Quelques changements seront à effectuer pour y parvenir comme des ajustements sur le plan nutritionnel.

Adopter une hygiène de vie saine

Pour prendre soin de son système cardiaque, il faut prendre des mesures et les respecter pour éviter d’aggraver son état de santé. De ce fait, il convient de faire des changements sur le plan nutritionnel en adoptant une alimentation limitée en sel. Un excès de sel entraîne un risque d’hypertension artérielle. Il ne faut donc pas dépasser une dose de 5g de sel par jour pour s’en prémunir.

Bien qu’il soit déconseillé de consommer des aliments riches en mauvaises graisses, il n’est pas interdit d’inclure dans son alimentation des acides gras essentiels Omega 3. Les acides gras Omega 3 ont un effet préventif sur les maladies cardiovasculaires car ils réduisent le taux de triglycérides et ils agissent sur l’élasticité des artères. Par conséquent, ils agissent sur la pression artérielle également.

Grignoter entre les repas doit être exclu des habitudes alimentaires car cela entraîne une prise de poids. Et l’excès de poids lorsqu’il est localisé au niveau de la sangle abdominale et de la taille augmente les risques.

Enfin, le sport est un excellent moyen de prévenir les maladies cardiaques. Non seulement, il s’agit d’une activité qui permet de se maintenir en forme mais qui aide à diminuer le taux de cholestérol et le taux de triglycérides. Une activité physique régulière à raison de 30 minutes au moins par jour suffirait pour réduire de 30% le risque d’accident cardio-vasculaire.

Avoir un sommeil de qualité

Imposer au corps des efforts sur une longue durée sans repos peut augmenter les risques cardiovasculaires. Le Docteur Claire Mounier-Vehier affirme que dormir moins de 6h de temps la nuit constitue une cause d’infarctus. L’insuffisance de sommeil peut engendrer une augmentation des facteurs de risques comme le diabète, le surpoids, l’hypertension artérielle, stress, irritabilité. L’idéal serait de dormir 7 voire 8h par nuit pour bénéficier d’une nuit réparatrice.

Les compléments alimentaires sont de précieux alliés cardiovasculaires.

Quels compléments alimentaires pour le cardiovasculaire ?

Des compléments alimentaires ont été conçus pour protéger les fonctions cardiaques et pour soulager les maux ressentis. Varices, varicosités, impatiences nocturnes, chevilles gonflées, circulation veineuse… Il est possible de trouver un complément alimentaire adapté et à prendre sous forme de cure pour favoriser le bien-être de l’organisme.

Veillez à toujours consulter l’avis d’un professionnel de la santé avant la prise de tout complément alimentaire, surtout dans le cadre de maladies de coeur, pour avoir plus de détails.

DHA et Oméga 3

L’EPA et le DHA participent au bon fonctionnement cardiaque. Prendre ses formes d’oméga-3 en complément alimentaire vous permet d’atteindre vos besoins journaliers, et de réduire les risques de troubles cardiovasculaires. Natésis vous propose un supplément en DHA végan, sans OGM. Fourni sous forme de capsules, le DHA est riche en oméga-3 issu d’huile végétale, alternative à l’huile de poissons.

Natésis vous propose également des gélules d’oméga-3. En effet, des recherches scientifiques ont démontré qu’un apport quotidien de 250 mg d’EPA + DHA contribue à une fonction cardiaque normale.

Ainsi, nous vous recommandons de prendre une à trois gélules de ce complément alimentaire par jour, pendant les repas.

Pycnogenol

Pycnogenol est un complément alimentaire naturel qui favorise une meilleure circulation du sang. Issu de l’écorce de pin maritime, il permet de lutter contre l’insuffisance veineuse, à savoir le gonflement des jambes ou encore l’apparition de varices.

Notamment prescrit en cas d’impatiences dans les jambes ou de jambes lourdes, ce produit contribue à soutenir une bonne circulation sanguine. Par ailleurs, des études ont démontré que le Pycnogenol réduit la formation de caillots sanguins.

Vitamine et flavonoïdes

Les flavonoïdes sont des substances antioxydantes présentes dans de nombreuses plantes. De nombreux compléments alimentaires comprennent des flavonoïdes dans la mesure où ces derniers aident à lutter contre les insuffisances veineuses. Associés aux vitamines C et E, les flavonoïdes vont renforcer les parois des veines et améliorer la circulation sanguine.

Par ailleurs, ces derniers aideront à maîtriser les phénomènes de gonflement et d’inflammation. Ces compléments alimentaires se trouvent sous forme de gélules ou de comprimés, et peuvent être vendus bio. Ils contribuent à une meilleure circulation sanguine, réduisant ainsi les problèmes de coeur.