FOCUS gênes articulaires
Articulations douloureuses : les cas de l'arthrose et de la polyarthrite rhumatoïde



L’arthrose ou ostéoarthrite



L’arthrose
ou ostéoarthrite est le rhumatisme chronique le plus fréquent.



Bien que l’arthrose soit fortement corrélée à l’âge (68 % des arthroses apparaissent chez les personnes de plus de 50 ans [1]), le vieillissement n’est pas la cause de la maladie.

L'arthrose est une dégénérescence des cartilages qui s’usent progressivement. 

Cette détérioration entraîne une perte de souplesse et de flexibilité, des douleurs, des raideurs et des gonflements qui peuvent devenir handicapants dans la vie de tous les jours. L’arthrose se développe plus particulièrement dans la colonne vertébrale, les mains, les genoux, la hanche. 

Comme l’explique le D. Perocheau sur le site de la Société Française de Rhumatologie dans son article sur l’arthrose [2] :

« L'arthrose est un vrai processus pathologique, fait de destruction et de réparation : c'est une maladie à part entière et non le simple tribut à payer au vieillissement. C'est en réponse à un excès de pression sur le cartilage que le processus arthrosique va se déclencher. Deux types de réaction sont observés :

Réaction mécanique
Cette hyperpression induit une rupture du filet de collagène. Le cartilage gonfle d'eau (œdème), devient plus fragile, se fissure, s'ulcère et finit par perdre de son volume, s'amincit et se fragmente. Des fragments de cartilage vont tomber dans la cavité articulaire.

Réaction biologique
Sous l'effet de l'hyperpression, les chondrocytes[a] deviennent hyperactifs et secrètent davantage de protéoglycans[b] et de collagène, mais aussi davantage d'enzymes de destruction. On dit qu'il existe une augmentation générale du métabolisme, d'abord en faveur de la synthèse (tentative de réparation du cartilage), puis en faveur de la destruction. Ces cellules finissent par s'épuiser et mourir. »

Si le cartilage est le premier atteint au cours de l'arthrose, les autres éléments de l'articulation vont également être touchés.»

L’arthrose touche certaines zones plus que d’autres. L’imagerie de l’arthrose montre que les zones les plus fréquemment atteintes sont : la colonne cervicale (75%), la colonne vertébrale (70%), les mains (60%), les genoux (30%), les hanches (10%), les pieds (<10%). Pour autant cela ne veut pas dire que les autres zones sont épargnées. L’arthrose peut toucher toutes les articulations (épaules, poignets, chevilles…) [2].



La polyarthrite rhumatoïde



La polyarthrite rhumatoïde
est un rhumatisme inflammatoire chronique. C’est la plus fréquente des maladies auto-immunes.

En France, la prévalence de la maladie est de 0,3% de la population générale [1]. Elle concerne 3 fois plus les femmes que les hommes [3].

La polyarthrite rhumatoïde entraîne une inflammation des articulations. Elle touche essentiellement les articulations des membres (mains, poignets, genoux). Les principaux symptômes sont des gonflements et des douleurs et une diminution de la mobilité. La maladie peut également générer une déformation des articulations.

D’après le D. Perocheau, la polyarthrite rhumatoïde pourrait être déclenchée par plusieurs facteurs (psychologiques, environnementaux, hormonaux et génétiques) mais selon lui [4]
 « aucun de ces facteurs ne peut à lui seul déclencher la maladie. Il est probable que c’est l’association de plusieurs d’entre eux qui facilite le déclenchement de la pathologie. »

Comme nous l’avons vu précédemment, la polyarthrite rhumatoïde se caractérise par inflammation des articulations. Cette inflammation se localise dans un premier temps au niveau de la membrane synoviale (membrane qui enveloppe l’articulation). Celle-ci s’épaissie et sécrète plus de liquide que de normal d’où un gonflement de l’articulation et des douleurs. L’inflammation peut par la suite concerner toute l’articulation et les éléments l’entourant (cartilage, os, muscles, tendons…). 

La réaction inflammatoire qui caractérise la polyarthrite rhumatoïde fait intervenir des "auto-anticorps". C'est-à-dire des anticorps, qui au lieu de défendre l’organisme en neutralisant les substances étrangères, vont se diriger vers les propres constituants de   celui-ci. On parle alors de réaction immunitaire "excessive".




Glossaire
[5]

Anticorps :
Un anticorps est également immunoglobuline. Protéine du sang synthétisée par les cellules du système immunitaire en réponse à la pénétration d'un corps étranger (antigène) dans l'organisme.

Arthrose : L'arthrose est une maladie dégénérative articulaire se caractérisant par l'altération d'une articulation que l'on qualifie soit d'idiopathique, c'est-à-dire dont on ne trouve pas la cause (on parle également d'arthrose primitive) soit d'arthrose secondaire, c'est-à-dire dont on peut identifier la cause.

Arthrite : Nom donné aux affections inflammatoires aiguës ou chroniques qui touchent les articulations. Quand une seule articulation est atteinte, on parle de monoarthrite. Quand deux ou plusieurs articulations sont touchées, il s'agit d'oligoarthrite, puis de polyarthrite.

Maladies auto-immunes : Les maladies auto-immunes sont des maladies au cours desquelles le système immunitaire d'un individu a perdu ses capacités à distinguer les antigènes externes appelés exogènes, des antigènes qui font normalement partie de son organisme c'est-à-dire les antigènes endogènes.

Membrane synoviale : Membrane tapissant l'intérieur de la capsule des articulations. Elle est constituée d'une enveloppe de nature fibreuse qui permet, avec les ligaments, de maintenir les deux surfaces articulaires en contact l'une avec l'autre.

Polyarthrite rhumatoïde : La polyarthrite rhumatoïde est le plus fréquent des rhumatismes inflammatoires chroniques, dont l'origine n'est pas connue avec précision mais qui appartient à une variété de maladies auto-immunes (le malade fabrique des anticorps contre ses propres tissus).

Rhumatisme : Les rhumatismes sont des affections douloureuses, aiguës ou chroniques (s'étalant dans le temps), se traduisant par des symptômes survenant au niveau des articulations.


[a] Cellule du cartilage
[b] Molécules du cartilage.

Références bibliographiques :
[1] Épidémiologie des maladies rhumatismales - Société Française de Rhumatologie www.rhumatologie.asso.fr
[2] D. Perocheau : L'arthrose - Société Française de Rhumatologie www.rhumatologie.asso.fr
[3] Association française des Polyarthritiques et des rhumatismes inflammatoires chroniques www.polyarthrite.org
[4] D. Perocheau : La polyarthrite rhumatoïde - Société Française de Rhumatologie. www.rhumatologie.asso.fr
[5] Source des définitions : Vulgaris Médical www.vulgaris-medical.com

Sources :
- Société Française de Rhumatologie. www.rhumatologie.asso.fr
- Association française des Polyarthritiques et des rhumatismes inflammatoires chroniques www.polyarthrite.org
- Vulgaris Médical www.vulgaris-medical.com


Mise en garde : ce document est une synthèse bibliographique régulièrement mise à jour. Il ne saurait cependant engager la responsabilité de Natésis s'il en était fait une interprétation relevant du domaine médical (diagnostic ou traitement).



Newsletter
Inscrivez vous à la newsletter pour recevoir nos actualités
Je m'abonne
Je me désabonne